Les accoucheuses
-1: La fierté -
-2: La révolte -
-3: La déroute -

Histoire inédite des Patriotes

Le pays insoumis

Les tuques bleues

Autres roman et nouvelles

Gratien Gélinas

Marie Gérin-Lajoie

Études historiques

 

À lire:
Jasettes archivées

 

Pour vous abonner au bulletin électronique de l’auteure, prière d’envoyer un courriel à Écrivez-moi ci-haut, en mettant le mot « bulletin » comme objet.

___________________

 

     Accueil    Conférences    Profil biographique     Écrivez-moi    Mes oeuvres    English Abstract

Gratien Gélinas: La Ferveur et le doute, Montréal, VLB éditeur, 2009.

Personnage unique au destin exceptionnel, Gélinas est une figure marquante de l’histoire des arts de la scène au Québec. À une époque où le théâtre québécois restait encore à inventer, il a créé le personnage de Fridolin, jeune garçon frondeur d’un quartier populaire de Montréal, qui a attiré les foules pendant dix ans au Monument National. Avec sa pièce Tit-Coq, l’histoire d’un enfant illégitime à la recherche d’une identité sociale, Gélinas a posé le premier jalon d’une dramaturgie nationale, où s’expriment la langue et la culture d’un peuple.
            Tout en rappelant les grands moments de cette aventure, La Ferveur et le Doute s’attache aussi à raconter l’histoire d’un homme qui s’est débattu toute sa vie contre l’angoisse, le silence et la honte, conséquences d’une enfance difficile. Néanmoins, Gélinas poursuit son grand rêve en écrivant Bousille et les justes, et en devenant directeur d’un théâtre, la Comédie Canadienne, où dramaturges et chansonniers se succèdent pendant une douzaine d’années. Mais la génération de la Révolution tranquille en fait une statue antique à déboulonner, et Gélinas lutte pour conserver le grand amour de sa vie, celui du public…

 

 

Extrait

Dans son agenda, au jour du 27 mai 1937, Gratien consigne quatre mots où se devine l’allégresse : « Nous sommes en vacances ! ». Il vient de signer un contrat pour une émission radiophonique estivale du même nom. Gratien se doute-t-il qu’il s’agit pour lui d’un moment plein de conséquences ? Cette série est la première étape d’une rapide transformation, celle qui le fera passer de monologuiste de salle paroissiale à vedette incontestée des ondes et de la scène.
                Le 11 juin à 20 heures, Gratien entre dans la peau de Gustave, le « chimiste à la créosote », à l’antenne de Nous sommes en vacances. L’émission est conçue et dirigée par Lionel Daunais, comédien mais surtout musicien et chanteur ; il a fondé avec Charles Goulet, en 1936, Les Variétés lyriques, qui feront les beaux jours de Montréal pendant vingt ans. Le scripteur est Claude Robillard. Auteur d’un roman et d’une comédie musicale, il a collaboré à plusieurs revues Bleu et Or (produites annuellement par les étudiants de l’Université de Montréal) et émissions de radio.
                Les vacances en question, ce sont celles d’un groupe d’étudiants joués par Louis Lapointe, Bernard Hogue (tous deux furent aussi vedettes des revues Bleu et Or), Guy Carmel, Olivette Thibault et Gratien. Ce groupe d’amis, au surnom de « La malchanterie des Petits chanteurs à la voix de bois » part sur les routes au volant d’Adélaïde, « une magnifique automobile que Daunais a payée trente dollars, permis compris ».
                Le 27 juin, Louis Morisset rapporte dans Le Petit Journal :

        Adélaïde, la bagnole des interprètes du programme, ne va pas bien du tout. Elle se remet difficilement, me dit-on, d’un rhume qu’elle a contracté dans la cour humide où on la remise. Elle toussote surtout au départ. Lionel Daunais espère qu’un séjour au lac Alouette remettra sur ses quatre roues la brave voiture. À ce programme qui semble devenir de plus en plus populaire à mesure que chacun des personnages est mieux connu des radiophiles, Maurice Meerte et son orchestre fournissent des intermèdes qu’il convient d’appeler musicaux.

 L’émission permet sans doute à Gratien d’ébaucher son personnage de jeune garçon à l’esprit déluré, et surtout lui procure une bonne visibilité. Il « passe » à la radio, le public l’aime. Les vacances radiophoniques se terminent à la fin du mois d’août mais déjà, le nom de Gratien est sur les lèvres pour une autre émission. Le propriétaire des magasins de meubles N. G. Valiquette cherche un comique pour l’automne, en remplacement de l’artiste Ernest Loiselle qui ne peut plus continuer. « M. Langevin, relate Gratien, m’avait entendu à trois ou quatre reprises donner des monologues, comme au Cercle universitaire dont il était membre. » De plus, Loiselle connaît bien Gratien ; ils ont animé deux croisières de La Sauvegarde ensemble.
                Ainsi, le 19 septembre, Le Petit Journal annonce :

        Une importante firme montréalaise et canadienne-française vient de grouper autour de Gratien Gélinas et d’autres artistes très en vedette, un personnel de premier ordre qui se fera entendre dans le programme intitulé Le Carrousel de la Gaieté. La fantaisie si actuelle de Gélinas, la tenue de tous les artistes qui l’accompagneront, l’ensemble du programme, la musique, les chansons, bref, l’allure générale de cette innovation radiophonique vont enfin permettre au public de se délasser de façon différente. La radio ne sera plus la corvée tolérée mais un amusement, une véritable récréation où l’art et l’esprit bien français s’associeront pour former un tout homogène, exempt de tout critique. Ce nouveau programme tout à fait exclusif sera lancé dans l’air le jeudi 23 septembre.

 Page web du livre chez VLB éditeur

 

Gratien Gélinas: Un p’tit comique à la stature de géant, Montréal, VLB éditeur, 2009.

           Gratien Gélinas fut le Roi des Amuseurs, mais un homme au cœur fragile. Il fut l’enfant-chéri des foules, mais un homme en manque perpétuel d’applaudissements. Pour le dire en deux mots : un véritable artiste! Cet homme, qui fut aussi mon grand-père, je vous le présente en images. Pour célébrer le centième anniversaire de sa naissance, j’ai eu envie de mettre sa vie sous vos yeux. Il mérite toute notre attention, non seulement à cause des œuvres qu’il nous a léguées, mais aussi parce que de Saint-Tite à Broadway, son existence fut une fabuleuse odyssée!

 

Page web du livre chez VLB éditeur

 

 

 

Gratien Gélinas: Du naïf Fridolin à l’ombrageux Tit-Coq, Montréal, collection Les Grandes Figures, XYZ éditeur, 2001.

Extrait

                Gratien et Simone se fréquentent depuis six mois. Ils ont connu quelques orages ; Gratien est parfois impulsif et exigeant. Et puis, aucun des deux n’a l’habitude de l’amour. Ils s’en font pour des peccadilles et imaginent souvent chez l’autre des intentions qui n’ont jamais existé. Gratien s’impatiente devant l’apparente froideur de Simone. La jeune fille de dix-neuf ans sais qu’elle est «excessivement concentrée», comme elle le lui a écrit un jour. Voilà pourquoi l’âme de feu de Gratien la réchauffe, et pourquoi elle admire tant sa passion pour le théâtre.
            Souvent, les soirs de veillées, il récite des monologues devant la famille Lalonde. Ce sont parfois des poèmes épiques qu’il déclame, la main sur le cœur. Ou, parfois, des histoires franchement drôles qu’il raconte avec un style enfantin, d’une voix monocorde qui met en joie les jeunes sœurs de Simone. Gratien a fondé, avec des amis, une troupe de théâtre amateur, Les Anciens du Collège de Montréal. La semaine précédente, le 5 mai 1931, la troupe donnait son deuxième spectacle, une pièce intitulée Les petits oiseaux, et Simone a eu la permission d’y assister.
            La mère de Gratien, Genèva Gélinas, y était aussi. C’est une maîtresse femme, petite et plantureuse, bien habillée et d’un port très digne. Elles ont regardé le spectacle ensemble et, pendant l’entracte, Simone a été impressionnée de voir à quel point Genèva semblait à l’aise en société, ayant de bons mots pour chacun, et prompte à louanger le jeu de son fils qui se spécialise dans des rôles de composition de «vieux», comme il dit. C’est qu’il n’a pas le physique d’un jeune premier. Il est petit de taille, très mince, et son visage n’est pas harmonieux. Il a le menton pointu, une grande bouche, des sourcils épais et fortement arqués.
           
Et alors, Simone ? Tu es partie si vite, l’autre soir après la représentation. C’est vrai, tout ce que tu m’as écrit ?

Page web du livre aux Éditions XYZ

 


Site officiel des Productions Gratien Gélinas : www.gratiengelinas.com

Prenez place! Gratien Gélinas à BANC : www.collectionscanada.qc.ca/gratien/002003-1019-f.htm

Gratien Gélinas à BANQ : fonds Gratien Gélinas, MSS459; fonds Comédie Canadienne, MSS461.

Un documentaire, Un géant aux pieds d’argile, a été réalisé par Pascal Gélinas : http://www.informactionfilms.com/fr/productions/gratien-gelinas-un-geant-aux-pieds-dargile.php